Dilatation-torsion de l’estomac 1 / 3

La dilatation-torsion de l’estomac se caractérise par une rotation de l’estomac dans le sens des aiguilles d’une montre, vu de derrière, avec un ballonnement excessif de l’estomac consécutif à l’occlusion complète de ses orifices œsophagien et duodénal. La torsion de l’organe est inconstante.

LE SYNDROME DILATATION-TORSION DE L’ESTOMAC

Il est important de bien connaître les signes de la dilatation-torsion de l’estomac pour pouvoir réagir à temps si l’on est un jour confronté à cette affection gravissime, d’apparition brutale, d’évolution suraiguë, et pratiquement toujours mortelle en l’absence de traitement.

LES CAUSES PREDISPOSANTES

Les causes du déclenchement de la dilatation-torsion de l’estomac ne sont pas connues à ce jour. On ne peut donc pas prendre de mesures permettant d’éviter à coup sûr l’apparition de cette affection. Cependant, un certain nombre de causes prédisposantes ont été avancées; certaines sont bien démontrées, alors que d’autres sont de simples suppositions qui n’ont jamais été prouvées.

 – Causes génétiques :
Aucune étude n’a prouvé qu’il y avait une prédisposition héréditaire. On a pu observer un taux de torsion- dilatation de l’estomac plus important dans certains élevages. Mais on ne peut conclure pour cela que la lignée est peut-être prédisposée: en effet, ce peut être du aux conditions dans l’élevage (alimentation, mode de vie…]

 –  La race :
Le Dogue allemand, puis le Briard et le Doberman sont les races les plus prédisposées à la dilatation-torsion de l’estomac. Puis viennent d’autres grandes races: toutes les races de chiens de Montagne (j’ai opéré des Léonberg, des Sarplaninac, des Montagnes des Pyrénées, des Bouviers bernois, mais proportionnellement moins de Terre-Neuve – c’est peut-être du à la conformation de leur thorax plus cylindrique), le Boxer, le Setter, le Berger allemand… et aussi (moins souvent) des races moyennes ou petites (Basset, Teckel…)

 –  Age :
Statistiquement, l’incidence du syndrome dilatation-torsion de l’estomac augmente avec l’âge.

 –  Météorologie :
Aucun étude n’a démontré l’influence de la météo sur le déclenchement de la dilatation-torsion de l’estomac. En revanche, le stress joue peut-être un rôle.
Cependant, à chaque pleine lune, nous avons presque systématiquement dans notre clinique une ou deux dilatation de l’estomac à opérer…

 –  Stress :
Le stress, un changement d’environnement, sont peut-être des facteurs prédisposant. Dans mon expérience personnelle, j’ai opéré d’une dilatation-torsion de l’estomac 4 chiennes dans les jours suivant la mise-bas (dont deux fois la même chienne Léonberg et deux fois une Sarplaninac), plusieurs fois des chiens en pension canine alors que leurs maîtres étaient en vacances, un chien qui venait de déménager, un chien le soir d’une opération…
Cependant, dans la plupart des cas, aucun stress ni changement ‘ d’environnement n’a été noté.

 – Morphologie :
Statistiquement, les chiens à thorax étroit et profond, avec des côtes plates, semblent plus prédisposés que les chiens à thorax large et peu profond, avec des côtes arrondies.

 – Nourriture, mode de rationnement :
Il existe une croyance, ancienne et tenace, que la dilatation-torsion de l’estomac survient lorsque le chien fait de l’exercice après un gros repas.
Ce n’est pas vérifié dans la pratique (d’ailleurs, un grand nombre de dilatation-torsions de l’estomac survient la nuit alors que le chien est au repos), ni par aucune étude.
Il est de même souvent admis que les chiens gloutons sont plus prédisposés. Ce n’est vérifié par aucune étude. Ainsi, dans l’étude rétrospective menée sur 49 cas de dilatation-torsion de l’estomac par le Club français du Léonberg, 70% des Léos ayant eu ce syndrome avaient un appétit normal, 20% étaient difficiles, et 10% voraces.

Le nombre de repas et la qualité de la ration sont cependant probablement un facteur prédisposant.

Il est établi que les rations sèches distribuées en un seul repas ont pour conséquence au bout de plusieurs années une hypertrophie gastrique significative. A long terme, les repas volumineux, surtout s’ils sont composés d’un aliment peu digestible, allongent la période de vidange gastrique, favorisent les fermentations, et perturbent l’activité myo-électrique de la paroi gastrique. Ainsi, même si aucun aliment diététique ne peut prétendre prévenir le syndrome dilatation-torsion de l’estomac, il est préférable de donner, en plusieurs repas par jour (2 ou 3), un aliment haut de gamme (ration ménagère ou industrielle de qualité).

 –  Accumulation rapide de gaz dans l’estomac :
Cette accumulation de gaz est présente dans toutes les dilatation-torsions de l’estomac, sauf quelques très rares cas. Ainsi, j’avais opéré une Montagne des Pyrénées, apparemment très prédisposée à cette affection puisqu’elle avait déjà été opérée 3 fois d’une torsion de l’estomac alors qu’elle n’avait pas un an, et dont l’estomac renfermait seulement de l’eau (ni gaz ni nourriture).
Cette accumulation rapide de gaz dans l’estomac peut résulter:

–  de la présence de gaz dans l’œsophage, dont la pression excessive (supérieure à celle dans l’estomac], pourrait gêner l’éructation (aérophagie?)

–    de la fabrication de gaz par des bactéries (par exemple clostridies). Ces bactéries peuvent déjà être présentes dans l’estomac (une hypo acidité pourrait favoriser une prolifération bactérienne anormale dans l’estomac), provenir de la cavité buccale (tartre et parodontite), ou bien être présentes dans un aliment mal conservé. Ces fermentations seront favorisées si l’aliment est peu digestible (beaucoup d’amidon, mal cuit?).

–  une hyper salivation pourrait favoriser la production de gaz carbonique dans l’estomac, par réaction chimique entre la salive riche en bicarbonates et les sécrétions acides de l’estomac.

– Troubles de la motilité gastrique :
Les troubles de la motilité gastrique sont un facteur prédisposant important dans le déclenchement du syndrome dilatation-torsion de l’estomac.
En effet, en cas de dilatation gastrique par des gaz, selon les mécanismes que l’on vient de voir, le déclenchement d’une dilatation-torsion de l’estomac sera favorisé si des troubles empêchent ou perturbent l’éructation, le vomissement ou le temps de vidange de l’estomac. Lorsque l’on fait une gastroscopie sur un chien ayant déjà présenté une dilatation-torsion de l’estomac, on constate d’ailleurs souvent un estomac hypertrophié et plutôt atone, et qui oppose peu de résistance lorsque l’on insuffle de l’air («estomac flasque, atone, se dilatant facilement»).

Le reflux de gaz ou de liquides de l’estomac qui se dilaterait vers l’œsophage (rot ou vomissement) est plus difficile chez le chien à thorax étroit et profond, en raison de rapports anatomiques entre le cardia (sphincter entre l’œsophage et l’estomac), le diaphragme, l’estomac et l’œsophage, qui seront différents d’un chien à thorax large et peu profond.
L’éructation (qui s’oppose à la dilatation de l’estomac), est plus difficile chez un chien dont l’estomac est atone; la motilité de l’estomac est indispensable pour déplacer les gaz vers le cardia, et ensuite vers l’œsophage (rot). On a montré que l’éructation est 5 fois plus fréquente chez le chien debout que le chien couché sur le côté.
Contrairement aux idées reçues, le repos complet après le repas est donc contre-indiqué. il est préférable que le chien marche tranquillement dans son jardin après son repas, il ne faut pas le forcer à se coucher et se reposer!

J’ai plusieurs fois observé que des corps étrangers peuvent parfois gêner la vidange gastrique et l’éructation; ainsi il m’est arrivé d’opérer un chien dont la dilatation de l’estomac a pu être favorisée par l’ingestion massive d’herbe, qui formait de véritables boules obstruant les orifices de l’estomac, ou un bouvier bernois qui avait mangé des tuyaux en PVC, ou un autre chien qui avait de très gros morceaux de croûtes de gruyère.

Un trouble de l’innervation vagale de l’œsophage abdominal pourrait aussi parfois prédisposer le chien au syndrome dilatation-torsion de l’estomac, en s’opposant à l’éructation et au vomissement, de même que des lésions au niveau du cardia (sphincter entre l’œsophage et l’estomac).

Enfin, un retard de la vidange de l’estomac peut être un facteur prédisposant à l’apparition d’une dilatation-torsion de l’estomac; ce retard de vidange gastrique sera favorisé par un estomac atone, une gastrite chronique, une ration peu digestible administrée en un seul repas…

Sébastien MIRKOVIC – Vétérinaire
Article paru dans »Terre-Neuve & Landseer Magazine » 3/2009 & 1/2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *